Brupart, l’accès au financement des PME bruxelloises

24/04/2015

L’année 2014 et la 6ème réforme de l’Etat ont été synonymes de la régionalisation du Fonds de Participation. C’est la SRIB, par le biais de sa filiale Brupart, qui a été chargée par le Gouvernement bruxellois de réaliser les missions d’octroi de prêts professionnels et d’accompagnement exercées autrefois par le Fonds de Participation fédéral. Cette régionalisation a permis de réviser, de simplifier et d’adapter les différentes mesures de prêts et d’accompagnement. Coup d’œil sur cette nouvelle formule.

Simplification comme mot d’ordre

L’arrivée de Brupart a donné la possibilité d’une redéfinition des instruments financiers. Ces derniers ont été de fait réduits au nombre de deux : le prêt « Boost-me » (anciennement « prêt chômeur ») et le prêt « Brufin » (prêt cofinancé par les banques). En outre, les règles d’octroi de ces aides ont été rendues moins complexes afin d’accélérer le processus. Enfin, les critères d’agrément et de financement ont également connu un remaniement.

Qui peut profiter de ces instruments financiers ?

Le prêt Boost-me relève de la micro-finance. Il s’adresse particulièrement aux chômeurs complets indemnisés et aux TPE inscrites à la Banque-Carrefour des Entreprises depuis moins de quatre ans. Au niveau des montants octroyés, ceux-ci peuvent aller de 10.000 à 50.000€ pour une période de 3 à 5 ans.

Quant aux prêts Brufin, ils sont destinés aux indépendants et aux PME implantés sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Les montants s’élèvent ici de 10.000 à 200.000€. La durée du cofinancement est identique à celle du prêt conjoint de la banque.

En savoir plus sur Brupart

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter l’interview de Serge Vilain, président du Comité de direction du groupe SRIB. Vous pouvez également trouver de plus amples renseignements sur le site web de la SRIB.

 

Plus sur: