Crédit aux entreprises

  • Fin mars 2017, l’encours des crédits aux entreprises atteignait 142,1 milliards EUR. Ce record historique est la preuve que les banques continuent à octroyer du crédit aux entrepreneurs qui sont en mesure de présenter un dossier de crédit bien préparé. L’encours de crédit élevé se reflète également au niveau des demandes de crédit. Avec une progression tant en nombre qu’en montant de respectivement 6,9 % et 8,2 %, celles-ci se situent, au premier trimestre 2017, à un niveau sensiblement plus élevé qu’au trimestre correspondant de 2016. 

  • Avec deux nouveaux sites internet, infos-entreprises.be, un site informatif pour les entrepreneurs, et cheques-entreprises.be, le guichet numérique pour les chèques-entreprises, le gouvernement wallon entend rassembler toutes les informations dédiées aux entrepreneurs pouvant être utilisées pour créer une entreprise, la gérer et la développer. Les deux initiatives s’inscrivent dans le cadre de la politique menée par le gouvernement wallon et visant à stimuler l’entrepreneuriat et la croissance en Wallonie. 

  • Différentes fédérations bancaires européennes ont signé ce jour une série de principes qui doivent permettre la motivation explicite, par les banques, de leur décision de crédit visant les PME. Les entreprises pourront ainsi mieux comprendre pourquoi une banque octroie ou refuse un crédit. En Belgique, conséquence concrète de la loi « financement des PME », ces principes avaient déjà été versés dans un code de conduite en 2014.

  • L’intérêt est le prix que le preneur de crédit paie au prêteur pour pouvoir disposer au cours d’une période donnée d’un montant d’argent donné. La plupart du temps, l’intérêt est exprimé en un pourcentage annuel. L’intérêt comporte quatre composantes qui permettent de couvrir les coûts pour la banque et de rémunérer les actionnaires. 

  • Fin décembre dernier, l’encours des crédits aux entreprises a atteint un record sans précédent : 140,4 milliards EUR. Les entreprises belges utilisent donc massivement les crédits qui leur sont accordés. La même évolution se constate au niveau de la demande de crédits : pour le quatrième trimestre de 2016, tant le nombre que le montant des crédits demandés dépassaient le niveau atteint au cours du trimestre correspondant de 2015. C’est ce qui ressort du Baromètre trimestriel des crédits aux entreprises de Febelfin.

  • Les entreprises belges ne se sentent pas freinées dans leurs besoins de financement. Interrogés sur leur perception des facilités de crédit offertes par les banques belges, les entrepreneurs répondent qu’ils ont encore aisément accès au crédit. Cette tendance positive touche également l’encours total du crédit. Fin septembre 2016, l’encours des crédits aux entreprises atteignait 136,7 milliards, soit une augmentation de 4,1 % sur une base annuelle.

  • Dans son numéro de décembre, Mediaplanet se focalise sur le "cost management". L’article principal, qui se penche sur le contenu du paquet idéal de crédits pour une entreprise, a été confié à Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin. Pour les sociétés, avoir une bonne vision de leur plan financier stratégique, de leur modèle d’entreprise et de leur avenir est une première démarche essentielle, nous explique-t-il.

  • Lorsqu’un entrepreneur est à la recherche de financement, il arrive souvent qu’il envisage en premier lieu un emprunt auprès de la banque. Tous les projets ne bénéficient toutefois pas de cet octroi de crédit traditionnel. Mais à quelles autres formes de financement les entreprises peuvent-elles faire appel ?

  • Le gouvernement wallon a récemment lancé le “Prêt Coup de Pouce”. Il s’agit d’une mesure qui vise à investir davantage d’épargne privée dans l’économie locale. En échange, l’investisseur peut bénéficier d’un avantage fiscal.

  • Les entreprises belges se sentent de moins en moins freinées dans leurs besoins de financement. Lorsqu’on les interroge sur leur perception des facilités de crédit offertes par les banques belges, les entrepreneurs indiquent que le degré d’accessibilité au crédit a rejoint son niveau d’avant la crise.

Pages