Crédit aux entreprises

  • Un conseiller, tel qu'un comptable, un expert-comptable, un fiscaliste, unconseiller fiscal ou un réviseur d'entreprises peut, grâce à ses connaissances et son expérience, assister l'entreprise dans l'élaboration de solutions de financement et la préparation d'un dossier de crédit, et ce, à tous les stades du processus d'octroi du crédit. 

  • Un consensus a été atteint au sein de la Plate-forme “Financement des Entreprises”concernant trois propositions relatives au funding loss :

  • Les banques sensibiliseront leurs collaborateurs en relation avec les entrepreneurs au fait que :

  • Pour faciliter le financement d'investissements verts ou économiseurs d'énergie, Agoria, la Fédération de l'industrie technologique, et Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, ont développé un outil qui aide les banques à évaluer et àtraiter plus aisément les demandes de crédit pour de tels investissements.

  • Après la crise mondiale de 2008-2009 et après une évaluation des évènements durant cette période dans le secteur de l’assurance-crédit, un groupe de réflexion indépendant s’est constitué en vue d’élaborer un Code de Conduite pour le monde de l’assurance-crédit.

     

  • Les banques s’engagent, lorsque cela s’applique, à présenter à leurs clients les instruments publics en matière de financement des entreprises et à accompagner ceuxci dans leurs démarches en vue de demander ces mesures de soutien.

  • Préalablement à la conclusion d’une convention de crédit, l’établissement de crédit mettra à la disposition de l’entreprise, dans un langage intelligible, toutes les informations disponibles et détaillées sur les conditions relatives au crédit demandé, en ce compris les règlements qui sont applicables à ce crédit. L’entreprise sera informée de toute modification qui y sera apportée.

  • L’entreprise portera à la connaissance de l’établissement de crédit toutes les informations utiles, comme un plan d’entreprise, les comptes annuels, sa situation financière actuelle…

Pages