Octroi de crédit aux entreprises : un plus grand nombre de demandes de crédit acceptées

21 Décembre 2015

Résultats du Baromètre du crédit de Febelfin pour le troisième trimestre de 2015

Au troisième trimestre de 2015, la demande de crédit poursuit son redressement prudent. Cette évolution cadre avec l’information récente selon laquelle les entrepreneurs jettent un regard de plus en plus positif sur la conjoncture1. L’évolution positive persistante de la demande de crédit s’explique aussi par le maintien de taux d’intérêt toujours très avantageux. Ainsi, le taux d’intérêt pondéré moyen pour les nouveaux crédits fluctuait‑il toujours aux alentours de 2% en octobre 2015.

Depuis 2009, on n’avait encore jamais refusé aussi peu de demandes de crédit durant un troisième trimestre. Les banques acceptent donc proportionnellement de plus en plus de demandes de crédit. De ce fait, l’évolution positive de la production de crédit est encore plus prononcée que celle de la demande de crédit. Ceci a un impact favorable sur l’encours des crédits, qui atteignait, en septembre 2015, un peu plus de 131 milliards d’euros. 

 

Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin : « Nous constatons que, le redressement du climat économique aidant, la confiance renaît apparemment peu à peu chez les entrepreneurs. Les banques contribuent à ce redressement économique au travers de leur politique d’octroi de crédit. Un octroi de crédit sain reste en effet la priorité pour le secteur bancaire. Ce n’est pas un hasard si la toute dernière étude de la Banque centrale européenne2 révèle que les entreprises perçoivent de moins en moins souvent l’accès au financement comme un obstacle. La Belgique enregistre, à cet égard, aussi des résultats toujours supérieurs à la moyenne européenne. L’accès au crédit aux entreprises se maintient à un niveau élevé en Belgique. »

La demande de crédit progresse en nombre et en montant

Au cours du troisième trimestre de 2015, la demande de crédit s’est renforcée, tant en nombre qu’en montant par rapport au même trimestre de l’année précédente. En ce qui concerne le nombre, la hausse a été légère. Pour le montant, en revanche, la progression a été exponentielle. Cette évolution s’explique par le fait qu’un nombre limité d’entrepreneurs ont demandé un crédit pour un montant très élevé. Nous pouvons en déduire que la confiance chez les entrepreneurs progresse lentement et que quelques-uns d’entre eux osent à nouveau franchir le pas vers la réalisation de gros investissements. 

Le degré de refus toujours à son plus bas niveau historique

Les publications de la BNB montrent que les banques ont également assoupli leurs conditions de crédit au cours du troisième trimestre de 2015. La politique d’octroi de crédit souple pratiquée par les banques au cours des derniers trimestres se traduit ce trimestre aussi dans l’évolution du degré de refus et par conséquent également dans l’évolution de la production de crédit. Le degré de refus a atteint au troisième trimestre de 2015 son plus bas niveau historique durant un troisième trimestre depuis le début des mesures en 2009. 

La production de crédit connaît, elle aussi, une évolution positive en nombre et en montant. Pour ce qui est du montant, on notera que durant le troisième trimestre de 2015, on a même enregistré la hausse la plus forte jamais notée depuis le début de la crise financière en 2008. Si l’on compare l’évolution de la demande et de la production de crédit, on constate que la croissance de la production de crédit a toujours été supérieure ces dernières années à celle des demandes de crédit. Ceci montre que le secteur bancaire s’efforce d’assumer pleinement son rôle en tant que financier de l’économie et qu’un dossier de crédit bien préparé à toutes les chances d’être bien reçu. 

Contexte

Voici ci-dessous un aperçu des résultats détaillés du Baromètre du crédit trimestriel de Febelfin.

Production de crédit

Après un recul durant les deux derniers trimestres de 2014 et le premier trimestre de 2015, le nombre de crédits accordés a, une nouvelle fois, connu une évolution positive à partir du deuxième trimestre de 2015. Cette tendance à la hausse vaut aussi pour le troisième trimestre de 2015. C’est ainsi qu’il est question d’une hausse de 3,1% par rapport au troisième trimestre de 2014.

En montant, en revanche, une nouvelle hausse a été observée pour le huitième trimestre consécutif. Pour ce troisième trimestre de 2015, l’on évoque la hausse la plus forte depuis le début des mesures. Ceci tient au fait que l’on a octroyé des crédits pour des montants exceptionnellement élevés à un nombre d’entreprises non financières limité. De ce fait, la hausse du montant connaît une croissance exponentielle, supérieure à celle du nombre.

Portefeuille

En mai 2015, l’encours des crédits aux entreprises a atteint son plus haut niveau historique, avec plus de 132 milliards EUR. De mai 2015 à septembre 2015, l’évolution de l’encours des crédits aux entreprises a baissé de 0,6% à juste un peu plus de 131 milliards EUR. Sur une base annuelle (septembre 2014 jusqu’à septembre 2015 inclus), l’encours a augmenté de 2,8%.

Taux d’intérêt

Le taux d’intérêt moyen sur les nouvelles charges d’exploitation est demeuré identique en octobre 2015 à celui de septembre, à savoir 2,02%. C’est là la conséquence d’une stabilisation du taux dans pratiquement toutes les catégories de crédit.

Pour plus d’informations ?

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès de Monsieur Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, au numéro presse 02 507 68 31 ou via l’adresse courriel rp@febelfin.be

Un aperçu de tous ces chiffres et de bien d’autres encore vous est proposé sur le site internet http://www.financementdesentreprises.be/fr/chiffres-fvo.

______________________________________________

1Baromètre PME Q4 2015, Unizo, décembre 2015

2Survey on the access to finance of enterprises in the euro area: april- september 2015

Plus sur: