Résultats baromètre du crédit aux entreprises

27 Novembre 2013

Selon les derniers chiffres du Baromètre des crédits aux entreprises, une enquête trimestrielle auprès des principaux acteurs de marché, le volume du crédit aux entreprises a rechuté ces derniers mois, après une hausse au cours de la première partie de 2013. Sur la base des données de Febelfin, l’on note cependant encore une hausse de € 941 millions sur une base annuelle (septembre 2012 - septembre 2013). Ce récent recul pourrait être imputable à une combinaison de circonstances. L’on constate ainsi que le climat macro-économique toujours difficile entraîne un nombre record de faillites. Ce climat macro-économique préoccupant pèse sur les résultats des entreprises et, du même fait, sur la qualité des demandes de crédit. Une contraction marquée de la demande de crédit a également été enregistrée, ce qui traduit une activité d’investissement moindre. Ces deux éléments, combinés à un cadre réglementaire plus strict pour le secteur bancaire, peuvent avoir été le déclencheur de cette récente évolution. La baisse du degré de refus constatée et les perspectives conjoncturelles sont en revanche des signaux positifs.

Le degré de refus de crédits aux entreprises diminue

Au cours du troisième trimestre de 2013, la proportion de crédits refusés par rapport au nombre de demandes a été moindre qu'au cours du même trimestre de 2012. C'est le deuxième trimestre à la suite que le taux de refus est inférieur au niveau qu'il atteignait à la même période de 2012. Ceci montre clairement que les banques continuent de remplir pleinement leur mission de base, c'est-à-dire le financement de l'économie, en dépit du contexte économique difficile.

Une comparaison européenne indique également que la Belgique enregistre de bons résultats en ce qui concerne l’accès au crédit. Ainsi, 71% de l'ensemble des demandes de crédit sont intégralement approuvées dans notre pays. Or, dans la zone euro, le taux d’acceptation moyen n’est que de 65%. Le secteur bancaire belge continue donc d'offrir une chance aux bons dossiers de crédit et de remplir pleinement sa mission.

Source : Chiffres de Febelfin basés sur les données de la BCE : "Data of the SME access to finance survey"

Crédit aux entreprises toujours à des taux concurrentiels

En Belgique, le crédit aux entreprises est en outre toujours octroyé à des taux très avantageux, comptant parmi les plus faibles d'Europe. Au cours du troisième trimestre de 2013, le taux d’intérêt pondéré moyen pour les nouveaux crédits était de 3%. Ce pourcentage traduit une légère croissance par rapport au trimestre précédent (2,88%), mais reste néanmoins très faible.

Source: BCE, BNB

(1) Taux offerts pour les nouveaux emprunts, toutes maturités confondues.

Le contexte économique marque aussi de son empreinte le troisième trimestre

Les taux toujours avantageux pour l'octroi de crédit n'ont toutefois pu empêcher le nombre des demandes de crédit d'également chuter au troisième trimestre de 2013 sous leur niveau du trimestre correspondant de 2012 (-4,4%). En montant, les entreprises ont demandé 12,7% de crédits de moins. Cette évolution est liée au contexte économique difficile dont les investissements ont eux aussi à souffrir.

Le nombre de crédits octroyés a diminué de 3,5% en nombre et de 6% en montant. La production de crédit a donc moins reculé que les demandes de crédit.

Annexes – Graphiques [1]

Degré de refus

En dépit de la conjoncture moins favorable et de l’impact de celle-ci sur la qualité des demandes de crédit, le taux de refus se situait au troisième trimestre de 2013 sous le niveau du degré de refus du troisième trimestre de l'année précédente.

                N.B. : indice 100 = moyenne des 8 premiers mois de 2008.

 

Ceci confirme les résultats d’enquête de la Bank Lending Survey d'octobre 2013, dans laquelle les banques ont indiqué qu'elles avaient pratiqué un statu quo dans leurs conditions de crédit au cours du troisième trimestre de 2013. Ces conditions ne devraient pas non plus être modifiées au quatrième trimestre de 2013.

Comparaison des demandes de crédit sur une base trimestrielle

Comme au cours des trimestres précédents, le nombre des demandes de crédit a été inférieur (‑4,4%) durant le troisième trimestre de 2013 au nombre des demandes de crédit enregistré au cours du même trimestre de l'année précédente. En volume, la baisse a été plus marquée, soit -12,7%.

Le fléchissement de la demande de crédit dépend bien entendu toujours étroitement de du contexte économique défavorable, qui conduit les entreprises à investir moins.

Comparaison de la production de crédit sur une base trimestrielle

Comme au cours des trimestres précédents, le nombre de crédits octroyés a été inférieur (-3,5%) durant le troisième trimestre de 2013 au nombre de crédits octroyés au cours du même trimestre de l'année précédente. En volume, la baisse a été un peu plus marquée (-6%).

 

Encours des crédits

Au cours des quatre premiers mois de 2013, l'encours des crédits aux entreprises avait progressé. Selon les chiffres de Febelfin, cet encours des crédits aux entreprises avait ainsi atteint un niveau record absolu fin avril 2013, avec près de 129,5 milliards EUR, mais il a ensuite connu un recul progressif, descendant à 126,9 milliards EUR fin septembre 2013.

Les légères différences au plan de l’évolution entre les données provenant de l’Observatoire de la Banque Nationale de Belgique (BNB) et les chiffres de Febelfin peuvent être imputées aux définitions utilisées par la BNB et Febelfin qui ne correspondent pas totalement.[2]


 

Pour plus d’informations

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à prendre contact avec M. Thomas Van Rompuy, porte-parole de Febelfin (02 507 68 31 ou 0498 74 03 68– vr@febelfin.be).

 

[1] Les données du trimestre précédent ont été revues dans le cadre des adaptations statistiques.

[2] Febelfin reprend également dans ses chiffres les crédits d'engagement et les crédits aux indépendants.

 

Plus sur: